Le fil info

Actualité

RELANCE AERONAUTIQUE NAE : Objectifs 2021-2022

Publié le 22 février 2021

 La crise Covid-19 et ses nombreux impacts structurants sur la filière aéronautique notamment, à l’échelle nationale et internationale, modifient les enjeux et l’ordre des priorités pour les acteurs normands. Aux côtés de ses membres avant et durant la crise, NAE adapte ses actions stratégiques pour contribuer à la relance de leur activité économique et les accompagner dans les nécessaires mutations structurelles et technologiques.

La crise Covid-19 et ses conséquences

Toute la supply chain du secteur aéronautique a subi l’impact des arrêts et ralentissements des commandes : de nombreuses consolidations sont en cours ou à prévoir et une vigilance particulière doit être portée aux démarches capitalistiques non européennes.

Toutefois, certains secteurs tirent l’activité vers le haut : la défense, les hélicoptères et prochainement les moyens courriers (A320 Néo). En lien avec les objectifs de décarbonation assignés par le gouvernement au secteur aéronautique, on observe une forte poussée des projets environnementaux. Par ailleurs, l’incidence de la délocalisation des sites de production sur l’activité durant le confinement a fait émerger une prise de conscience sur la nécessité d’une indépendance nationale, avec pour conséquence des projets de relocalisation industrielle.

Enfin, une évolution sectorielle va probablement s’opérer chez certains grands donneurs d’ordre et de nouveaux acteurs vont émerger dans les domaines innovants tels que les drones, les taxis volants…

Etat de santé de la filière NAE 

Les membres de NAE s’adaptent mieux depuis la fin de l’année et ont bien compris l’intérêt de toutes les mesures portées par l’Etat et la Région. Moins de 40% des PME ont dû avoir recours à des actions de sauvegarde de l’emploi, les mesures d’activité partielle ont permis de temporiser et 118 recrutements sont en cours.

L’état de santé dépend de la diversification des entreprises. Plus elles sont diversifiées moins elles sont impactées, les secteurs porteurs étant principalement la défense, l’agroalimentaire, le ferroviaire…

Concernant les grands donneurs d’ordre, on observe un fort recours à l’activité partielle.
La santé dépend beaucoup du mix sectoriel et du mix produits et les mesures de ressources humaines concordent avec cette situation : licenciements ou APLD avec maintien de l’emploi ou des recrutements (souvent en interne groupe).

Priorités des membres NAE

L’action commerciale est la grande priorité des entreprises et s’accompagne d’une nécessaire diversification. Le secteur de la défense figure en bonne place dans les secteurs priorisés.

L’autre priorité concerne les solutions pour maintenir les emplois et les solutions financières pour pérenniser les structures.

Les Appels à Projets (AAP) du Plan de relance ont motivé le dépôts de dossiers et des projets d’investissements. Fin 2020 et début 2021, la filière NAE recensait 16 lauréats incluant tous les plans de relance (Aéronautique, Stratégique, Automobile, Territoire d’industrie) et 7 nouveaux dossiers ont été déposés depuis.

Enfin, le recours des membres aux divers plans de soutien et de relance induit de revoir leur stratégie et d’intensifier leurs efforts en matière de Recherche & Développement.

 

 

Objectifs stratégiques 2021-2022

NAE a naturellement adapté son plan d’actions pour répondre et venir en support aux nouvelles priorités des membres :

Business : Démultiplier les actions de développement commercial pour contribuer à compenser le ralentissement de l’activité dû au Covid 19

NAE va intentifier ses actions en faveur de la diversification sectorielle, en particulier le Plan Défense, lancé en septembre 2020, qui vise à développer l’activité des membres dans les secteurs de la défense et de la sécurité : compréhension des différents segments de ce secteur, avec ses acteurs majeurs et modes de décision, structuration via les habilitations et la cybersécurité, différenciation technologique, capacité d’anticipation des mutations technologiques et de montée en maturité de leurs technologies afin de les positionner sur les futurs programmes Recherche Technologie Innovation. Le but in fine étant de mener des actions commerciales directes et indirectes afin de mener au développement des ventes dans ce secteur porteur.

International : une évolution indispensable du fait de la crise mais un facteur clé de la relance

Les cartes sont rebattues en matière d’acteurs et de réseaux commerciaux avec des fermetures de sites, des consolidations, des fragilisations d’entreprises, la modification de canaux de distribution…

La priorité est donnée à la structuration de la démarche internationale : se former aux contraintes ITAR (Réglementation américaine sur le trafic d’armes au niveau international) et aux licences d’exportations, privilégier les cibles européennes, la défense, le spatial non-européen et favoriser l’accès aux financements européens via le dépôt de nouveaux projets pour nos membres : actions Joyaux[1],  positionnement des membres sur des appels à projets.

Maintien dans l’emploi et accompagnement au recrutement

Depuis début juin 2020, NAE déploie le dispositif « Prêt de main d’œuvre » qui consiste à mettre un ou plusieurs salariés à la disposition d’une autre entreprise « accueillante » pendant une durée déterminée, dans des conditions négociées et définies juridiquement, l’objectif étant un retour à l’état initial dès que la situation le permettra. Ce dispositif a déjà permis quelques échanges de salariés au sein de la filière et devrait s’ouvrir prochainement à d’autres filières métiers pour permettre des actions ciblées par bassin d’emploi.

En parallèle, NAE met en relation les membres en situation difficile avec les cellules de reclassement et va développer une offre d’accès aux plateaux techniques comprenant la formation des salariés, des demandeurs d’emploi et des jeunes sur les plateaux techniques pour être opérationnels rapidement.

L’objectif est également de proposer d’autres formes de recrutements pour répondre aux impératifs de souplesse comme le développement du temps partagé avec les groupements d’employeurs.

Accélérer le développement des innovations et le niveau de maturité technologique

Le premier volet porte sur le rapprochement des acteurs industriels et académiques pour faciliter l’émergence de projets RTI (Recherche Technologie Innovation) et le soutien au déploiement des expérimentations RTI chez nos membres.

Le second volet concerne l’appropriation de la Fabrication Additive via des plateformes mutualisées (Arkema sur les poudres plastiques et Francofil sur le dépôt de matière fondue).

Enfin, déjà fortement positionnée sur les drones avec le Centre d’Innovation Drones Normandie lancé en décembre dernier et le consortium Prestigious[2], NAE va accentuer ces actions en faveur du développement d’usages innovants autour du drone.

Sans oublier son action forte envers la décarbonation de l’aéronautique avec la mise en place d’expérimentations mais aussi la sortie prochaine d’un concours éco-composites.

Améliorer la compétitivité des membres

L’environnement et l’éco responsabilité constituant un levier de compétitivité, NAE va accompagner ses membres dans le développement d’une politique RSE au sein de leur entreprise pour en faire un atout différenciant.

Découvrez également

La Ville de Caen lance une plateforme de click and collect pour aider ses commerçants

Pour faire face aux fermetures des commerces non essentiels et rassembler, sur une même adresse, tous ceux qui veulent continuer…

Lire la suite

#VISI0 – Dis OUI aux apprentis ! Apprentissage et stratégie d’entreprise

Lundi 20 juillet de llh à 12h Tous connectés, tous en rése@u Le CREPI Normandie vous invite à venir échanger…

Lire la suite