Actualité

#NormandieTimesTour : récit de voyage, étape 4- #Cambridge et la #Normandie, pouvons nous réellement parler de conquête ?

Publié le 23 mars 2018

 

Pour notre 4ème escale, nous nous sommes arrêtés à Cambridge, ville à taille humaine dotée d’une architecture cossue et d’un centre ville très animé. Notre   Normandy Times Bus a eu l’opportunité de s’installer à Market Square, là où le cœur de la ville bat tout au long de la journée. Notre équipe Invest a pu assurer quelques rendez-vous qualifiés avec notamment un projet d’implantation en Normandie d’ores et déjà anticipé à long terme et prévu à très courte échéance  !

Ce qui est assez remarquable dans ce voyage à la rencontres des « hot entrepreneurs »  agissant dans l’incertitude des accords du Brexit, c’est que beaucoup d’entre eux parviennent tout de même à se projeter dans cette Europe au nouveau visage.

Dans une ville qui abrite la 2ème université la plus ancienne du monde et dont la force économique repose sur les industries de l’informatique et de la biologie, nul doute que ne nombreuses synergies sont à prévoir.

 

 

 

Cambridgshire, une nouvelle conquête normande ?

 

La campagne anglaise est là. Celle du Cambridgeshire. Telle qu’on l’avait imaginée, le décor idéal pour le bus à impériale d’AD Normandie qui sillonne le pays, en quête de « Hot Entrepreneurs ». Vallonnée, pittoresque, jalonnée de grosses fermes entourées de pâturages, de gentilhommières, et surtout de châteaux. A traverser la campagne encore prise dans l’hiver tardif, on peut même opérer des rapprochements avec la campagne normande.

Une nouvelle conquête normande comme l’a titré The Times la semaine dernière lorsque la campagne a été lancée dans la presse nationale, après le double refus de TFL de diffuser notre campagne dans le métro de la capitale. Une seconde conquête normande, pour être plus précis. Dans les campagnes que nous traversons, la première a laissé de beaux vestiges avec une flopée de châteaux médiévaux. Hedingham Castle, Framlingham Castle, ou encore Castle Rising, avec la lignée anglo-normande des seigneureries qui se développa après le couronnement de Guillaume le Conquérant.

Plaisanterie à part, le royaume qui n’a plus jamais été envahi depuis le passage des Normands au XI siècle reste sur la défensive lorsqu’il s’agit de venir sur ses terres. Aussi, plutôt que d’utiliser la rhétorique de l’invasion dont raffole la presse, il est plus intéressant de parler d’échanges au coeur d’une histoire commune. C’est dans cet esprit que nous sommes venus à la rencontre d’entrepreneurs qui cherchent des solutions pragmatiques à l’indécision de l’accord final du Brexit. Nous leur proposons de rester dans la zone euro, en ouvrant un bureau en Normandie. Au final, les entrepreneurs du Cambridgeshire ne seront pas très dépaysés en terre normande. Ils seront toujours un peu chez eux ! 

 

Découvrez également

Palmarès de la 1ère édition des Trophées de l’Économie Normande

Mercredi 10 mai , 5 Trophées dans 5 catégories ont été remis devant près de 1000 personnes. Ces récompenses ont…

Lire la suite

La Normandie, terre d’excellence industrielle au salon Midest

Du 06 au 09 décembre, la Normandie sera présente au salon MIDEST, le premier salon de la sous-traitance industrielle, à…

Lire la suite