Le fil info
Le fil info

98 projets supplémentaires vont être soutenus, dans le cadre de la relance.

mardi 14 décembre | 13:30 |

Du côté de l’aéronautique d’abord, 45 lauréats se verrons attribuer des financements pour un total de 28 millions d’euros d’aide à l’investissement.

En Normandie :

  • Factem : FACTEM souhaite continuer et approfondir sa démarche industrielle afin de tendre vers l’excellence opérationnelle.
  • Boué Moules et Plasturgie : La modernisation de l’outil de production est indispensable à la continuité des activités. L’investissement réalisé permettra de s’ouvrir vers une nouvelle activité d’usinage. Cela permettra d’accroître le chiffre d’affaires et de gagner en compétitivité pour la reprise du secteur aéronautique
  • Rubber Process : Les investissements portent sur des moyens de production de nouvelle génération.

Dans l’automobile ensuite, ils sont 53 à avoir obtenu 49 M€.

En Normandie :

  • Adiamix : mettre en place de nouveaux automates (équipements et programmes), notamment pour augmenter les capacités de production, optimiser des circuits électriques de commande et moderniser la communication numérique entre les presses et leurs équipements.
  • Knorr-Bremse : investissement dans une nouvelle ligne de production semi-automatisée permettant la mise sur le marché d’une nouvelle génération d’actionneurs de freins pour poids lourds et bus, pour répondre à la demande croissante des constructeurs et à l’évolution des véhicules commerciaux et utilitaires vers des versions électriques ou hybrides
  • MPO : diversification via la création d’une activité d’assemblage par soudure et sertissage de pièces à destination de l’industrie automobile.
  • SNOP : diminuer les délais, réduire l’empreinte carbone du site de Saint Pierre-de-Varengeville, moderniser et automatiser l’outil de production afin de permettre la relocalisation depuis l’étranger de sa production de mécanismes de portes latérales coulissantes pour les véhicules utilitaires
  • Electropoli : permettre d’accompagner l’entreprise dans sa transition technologique et environnementale, afin d’améliorer sa compétitivité, de se positionner sur les marchés de la nouvelle mobilité (véhicule électrique et hydrogène), de diversifier ses activités vers les secteurs de la défense et de l’aéronautique et de réduire les rejets d’effluents dans l’environnement via la mise en place d’une station de traitement « zéro rejet ».

Plus d’informations sur le site du Ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance.